1167

Les ailes du savoir

Les ailes du savoir

Proposer un atelier de culture scientifique et technique grandeur nature, tel est le défi relevé par les enseignants du lycée Monnet-Mermoz d'Aurillac. Grâce aux bonnes volontés des encadrants, depuis 2 ans, une vingtaine d'élèves volontaires œuvrent à la construction d'un ULF1 qui d'ici fin 2015 rejoindra les aéronefs de l'aéro-club du Cantal. Une expérience unique en France puisque le planeur, bel et bien destiné à voler, est entièrement réalisé par ces élèves passionnés.

« Nous sommes les seuls à proposer à nos élèves une véritable construction aéronautique », précise Xavier Dall'Agnol, délégué académique du Ciras (Comité de recherche aéronautique et spatial). « Il ne s'agit pas de faire du montage en kit. Les élèves, dont beaucoup préparent le BIA (Brevet d'Initiation Aéronautique), travaillent à partir de plans allemands que nous avons achetés et qui sont accompagnés de notices en anglais. Conçu en bois et toile, assemblé à l'aide de colle, le planeur est réalisé de A à Z. Nous utilisons aussi des feuilles de contreplaqué et d'autres matériaux composites. Les ailes sont achevées. Au programme de cette année, il nous reste à confectionner les stabilisateurs arrière, la dérive et le fuselage. Le planeur devrait être opérationnel fin 2015. »

Conduit par des intervenants professionnels, l'atelier a de multiples qualités dont celui d'être pluridisciplinaire et d'inculquer les notions de responsabilité et de confiance.

« En moyenne, chaque élève consacre une centaine d'heures au projet, tandis que certains vont jusqu'à 200 heures. Il ne s'agit pas d'une formation professionnelle mais d'un plus pour chacun, un complément pratique pour les filières générales. Par le passé, nous avons réalisé des autogires (biplace et monoplace) ainsi qu'un Jodel D19 que nous avons donné à l'aéro-club et qui compte environ 6 000 heures de vol à ce jour. Un hydravion est également en cours de finition. »

Au lycée Monnet-Mermoz, il est courant que les jeunes, dotés d'une grande culture aéronautique et qui travaillent de leurs mains, apprennent à voler avant même de savoir conduire. Parmi eux, comme chaque année, certains deviendront pilotes de l'air, dans l'aviation civile ou militaire. Dans le Nouveau Monde, on sait qu'avoir les pieds sur terre aide à mieux prendre l'air !

Signé : Corinne Pradier

Vous aimerez aussi