1620

Antoine Zuber ou la passion du végétal

Antoine Zuber ou la passion du végétal

Antoine Zuber a poussé en Auvergne. Né à Aurillac, après le lycée, il rejoint Clermont-Ferrand où il passe une maîtrise en génétique, physiologie moléculaire et cellulaire, orientée sur le végétal. Puis, il intègre l'ENITA, futur VetAgro Sup. Après une formation très académique, la possibilité d'applications de terrain comble ses attentes et lui ouvre les portes de Limagrain.

« Après ma maîtrise, j'ai postulé pour entrer directement en deuxième année. L'école d'ingénieur de Clermont-Ferrand (Institut d'enseignement supérieur et de recherche en alimentation, santé animale, sciences agronomiques et de l'environnement) était une des seules à proposer en 3e année une option élaboration et amélioration de la production végétale. Moi qui voulais de la recherche appliquée, je n'ai pas hésité. Et alors là, j'avais beau être à côté de Clermont, je rencontrais des gens venus de toute la métropole et des DOM-TOM. Les échanges étaient très intéressants notamment en raison de l'impact des territoires d'origine. »

Ensuite, il fait un stage de 6 mois en Grande-Bretagne, au John Innes Center. « Ça a été une extraordinaire ouverture sur le monde, un enrichissement culturel énorme. L'école favorise le plus de stages possibles à l'étranger. Alors que l'université m'avait conforté dans mon choix de domaine grâce aux équipes clermontoises de grand niveau, l'école d'ingénieur m'ouvrait le monde de l'entreprise. »

Son parcours professionnel le conduira chez BIOGEMMA, une filiale de Limagrain qui travaille dans la génomique végétale et la recherche sur la transgénèse ; à l'INRA de Toulouse, où il planchera sur les interactions plantes micro-organismes et l'étude des génomes ; chez HM.CLAUSE où il s'intéressera à la création variétale et l'amélioration des plantes potagères.

« Mon terrain est très lié à l'ADN. Il s'agit de détecter certaines régions du génome liés aux caractères agronomiques afin de trier les meilleures plantes possibles. »

Il y 5 ans, retour aux sources. Antoine Zuber entre chez Limagrain Europe, en tant qu'ingénieur développement Marquage moléculaire. « Contrairement aux autres semenciers (comme Monsanto), Limagrain n’est pas un agrochimiste. C'est un groupe coopératif agricole international qui a les pieds sur la terre d'Auvergne et regarde au loin. Je suis chargé du contrôle de qualité de la production de semences par marquage moléculaire. »

Lors de la conférence Les Pépites de l'enseignement du 22 janvier dernier dans le cadre du salon Infosup, Antoine a eu 6 minutes pour aborder son domaine de prédilection. « Pour les gens, l'agriculture semble toujours accessible. Certes c'est moins ambitieux que d'envoyer une navette dans l'espace mais la génétique et la génomique ne sont pas à portée de tous. Nous sommes toujours en train de nous remettre en question de chercher à comprendre comment les gènes s'expriment et interagissent… » Silence, le Nouveau Monde pense ! 

Signé : Corinne Pradier

Vous aimerez aussi