177

Cette année, c'est la bonne ?!

Cette année, c'est la bonne ?!

Le samedi 13 mai à 15h (heure locale) à Edimbourg, au Murrayfield Stadium, aura lieu la finale de la Coupe d’Europe de Rugby 2017. Match très attendu par les joueurs des deux équipes ainsi que par leurs supporters respectifs.

Un peu d’histoire…

Déjà finaliste deux fois de la Coupe d'Europe (en 2013 et 2015 contre Toulon) et présente au stade des demi-finales 5 fois lors des 6 dernières années, l’ASM se souvient encore de l’ambiance extraordinaire à Saint-Etienne lors de leur demi-finale contre les Saracens en 2015 et attend la même chose, si ce n’est plus, lors du match contre ce même adversaire le 13 mai en Ecosse !

Un petit point sur la demi-finale…

La demi-finale de dimanche face au Leinster s’est caractérisée par un enchaînement d’ascenseurs émotionnels pour les spectateurs pendant 80 minutes, avec une énorme force de caractère de la part de l’équipe pour s’éviter une fin dramatique, en finissant tout de même sur une explosion de joie : pour la troisième fois en cinq ans, l’ASM se qualifiait pour la finale de la Coupe d’Europe de Rugby ! Et ainsi, faisait tomber un triple vainqueur de l’épreuve.

Camille Lopez, ouvreur de l’ASM, s’est exprimé au journal La Montagne : « Cela fait partie de mes plus belles émotions […] aujourd’hui, avec cette ferveur et ce peuple derrière nous, c’était fort ».

En effet, la Yellow Army était plus que présente au stade ce jour-là (plus de  40 000 spectateurs), jouant un rôle de pression sur l’équipe adverse ; le journal a pu recueillir les déclarations du coach des Leinster Leo Cullen à ce propos : « On leur avait passé des images (aux joueurs du Leinster, ndlr) de ce public dans la semaine, mais il faut la vivre, cette foule contre vous ». Isa Nacewa, un de ses ailiers, ajoute : « C’est toujours délicat de jouer face à Clermont. D’abord parce que c’est une grande équipe. Ensuite parce qu’elle bénéficie d’un soutien tout simplement extraordinaire ».

Propos qui ont de quoi confirmer et renforcer la détermination et la fougue incroyable de cette Yellow Army chauffée à bloc, et que l’on imagine surchauffée pour la finale dimanche 13 mai, bien que le lieu, plus éloigné pour la finale que pour la demie, peut être un inconvénient démographique pour le déplacement de certains supporters.

L’ambiance et le contexte avant la finale…

Franck Azéma, directeur sportif et entraîneur de l’équipe clermontoise, apprécie que ses joueurs aient assurée face à une équipe aussi redoutable sur le terrain ; il précise : « La grosse évolution dans l’équipe réside dans leur capacité à évaluer, à être réalistes et à prendre leurs responsabilités », et insiste, même : « Ce leadership est la plus grosse évolution cette saison ». Etait-ce la chose qui manquait à l’équipe jusqu’ici pour atteindre la première place ?

Première place pour laquelle l’ASM, représentante de la France mais aussi de l’Auvergne et de Clermont-Ferrand, devra se battre face aux anglais des Saracens, vainqueurs du tournoi en 2016 (21-9 contre le Racing 92). A ce propos, La Montagne a demandé à l’entraîneur son ressenti à propos des joueurs anglais : « Ils ont broyé le Munster en demi-finale (26-10). On sait à quoi s’attendre, on les connaît et on a quinze jours pour s’y préparer ».

#SaveTheDate : Le match sera diffusé sur un écran géant Place de Jaude, le 13 mai prochain ; coup d'envoi à 18 heures.

Derrière toute la préparation de ce match, les joueurs et entraîneurs de l’ASM reviennent tous sur un point qui leur semble primordial : l’envie féroce de ramener quelque chose pour l’Auvergne !