2248

Ils recrutent !

Ils recrutent !

Lors du premier salon “Place aux jeunes”, organisé le 6 novembre dernier par l’association Auvergne Nouveau Monde et l’Espace Info Jeunes d’Auvergne, des acteurs de l'économie régionale ont été invités à présenter leur politique de recrutement et les opportunités d'avenir professionnel.

Lors de mini-conférences suivies de questions/réponses, les jeunes (et moins jeunes) ont découvert avec intérêt le processus de recrutement mis en place par certaines grandes entreprises, la philosophie propre à chacune, l'éventail des métiers “en tension” (où des postes sont à pourvoir) ainsi que les profils recherchés. Outre ces temps d'échange, des entretiens individuels étaient également possibles auprès d'exposants de tous secteurs invités à participer à cette « La Ruée vers l'offre ».

Avec 22 000 employés dans le groupe et 1 500 recrutements annuels, Michelin est un employeur majeur. Pour entrer en matière, Laurent Lemonnier (chargé du recrutement France, voir photo) parla d'une véritable « guerre des talents ». « Nous nous inscrivons dans la durée et accompagnons chacun dans un parcours d'entreprise. C'est pourquoi nous portons attention aux compétences générales et aux valeurs humaines que nous défendons : hauteur de vue, respect des personnes, une humilité… Aujourd'hui, nous voulons diversifier les profils, être à l'image de la société. Comme nous recevons en moyenne 22 à 23 000 CV par an, il est primordial de susciter l'envie. Pour celles et ceux qui auront passé ce cap, s'ensuit un entretien avec un puis plusieurs recruteurs. Ce ne sont pas ni des experts ni vos futurs managers mais des gens qui ont effectué un long parcours dans l'entreprise (indispensable pour apprendre à se connaître). Le processus d'intégration peut ensuite varier de quelques jours à 3 mois. Nous recherchons tous types de métiers (médecin du travail, ingénieur agronome, chercheur, agent de production…) dont certains sont en pénurie comme technicien et agent de maintenance. » Les jeunes furent ensuite invités à suivre Michelin son compte Facebook, Linkedin ou sur le site de l'entreprise où sont mises en lignes toutes les offres.

En très forte croissance, la filière aéronautique était représentée par Aubert & Duval venu parler du déficit en terme de profils de compétences : opérateur usinage, métiers de la maintenance industrielle… « Les métiers connexes à l'aéronautique sont en forte demande, notamment la filière mécanique et celle qui touche aux matériaux en amont. Nous recrutons également sur des métiers plus traditionnels. » Qui font moins rêver certes, mais permettent néanmoins de travailler en région. Ainsi, en Auvergne, 98 entreprises du secteur proposent quelque 500 emplois dont une partie en alternance.

De son côté Limagrain mettait en avant ses besoins (contrôleur de gestion, métiers de la maintenance, opérateur sur des lignes informatisées) et insistait sur un « passage à ne pas occulter », celui du travail saisonnier (1200 à 1500 contrats dont 500 de 2 mois et le reste de 4 à 8 mois). Une façon d'ouvrir la porte du groupe céréalier auvergnat qui recrute plus de 1000 personnes par an.

Partenaires de l'opération “Place aux jeunes”, le CMMC a pu exposer aux jeunes venus rencontrer son recruteur (M. J-F Berrou) l'évolution possible au sein de cette banque mutualiste. « Nous recrutons par alternance et si la personne convient elle peut effectuer toute sa carrière chez nous. C'est un choix d'évolution accompagnée. » Également partenaire, la Caisse d'Épargne (gros recruteur local) parle quant à elle de « capitalisation sur l'expérience ». « Le conseiller commercial est un poste de découverte du métier, précisait Delphine Chabbert, chargée du développement Ressources humaines. En 6 mois, quelqu'un de performant peut gérer un portefeuille. Nous avons 60 postes en alternance en Auvergne/Limousin dont au moins 25 % seront intégrés. »

Pour finir par la téléphonie, chez Orange on recherche des conseillers commerciaux, des techniciens d'intervention, des conseillers client… « Nous avons mis en place de la formation par alternance (pour les Bac ou Bac + 2) notamment avec l'Institut des métiers, le lycée Lafayette, l'université d'Auvergne… Nous avons peu de recrutement sur place et conseillons fortement la mobilité », soulignait Josiane Roux. Ces rencontres ont permis aux visiteurs de se faire une idée plus précise des opportunités d'emplois dans le Nouveau Monde.

Vous aimerez aussi