300

#Interview : Marie Carreaud

#Interview :  Marie Carreaud

Marie Carreaud: “On réfléchit en termes d’écosystème, sans se bloquer sur une sphère de métiers.”

L’agence 304 est spécialisée en stratégie de développement, à travers du conseil, de l’événementiel ou encore de la formation. Sa directrice, Marie Carreaud, a étendu sa démarche aux entrepreneurs : c’est l’initiative de la Maison de Compétences, tiers-lieu collaboratif situé rue de l’Olmet à Aurillac. Il permet aux entrepreneurs de retrouver des collègues et rompre l’isolement , de travailler en communauté avec d’autres métiers, et de proposer des solutions innovantes pour les entreprises du territoire.

 

Comment se pratique le collaboratif au sein de la Maison de Compétences ?

D’abord dans la vie quotidienne, à plusieurs moments de la journée (dans les moments agréables : , partager le café du matin, s’occuper de la pause déjeuner, organiser des apéros,et dans les moments plus contraignants : comme le ménage ), qui impliquent les membres de manière concrète. Ca compte, car le vivre ensemble participe à la création du groupe. C’est aussi pour cela que s’installer en centre ville était important, pour recréer des réflexes et des usages avec les commerçants et riverains. Ensuite, plus professionnellement parlant, on anime des ateliers sur des bases similaires au  co-développement, sans aller aussi loin en terme de méthode. Cela donne un angle d’attaque qui permet à chacun d’avoir des éléments de progression : on prend une thématique prétexte pour verbaliser des situations dans lesquelles les gens aimeraient progresser. Et c'est le collectif, avec notre animation, qui permet d'analyser et d'aider à évoluer. Que l'artiste-peintre aide le sophrologue, qui aide la maison d'édition ...

 

Pensez-vous à d’autres projets similaires en Auvergne ?

Dans la région, ma référence reste Epicentre [5 rue St Dominique à Clermont]. Il y a beaucoup de tiers-lieux collaboratifs, dont la Forge à Aurillac, mais Epicentre est ce qui nous parle et nous inspire. On essaye de se mettre dans ce sillon, d’utiliser les bonnes pratiques, de faire quelque chose de dynamique et d’inspirant. Epicentre est un très bon modèle pour l’intelligence de l’approche : animation d’une communauté, bienveillance, lien, proximité, écoute, recherche de solutions par les interactions. C’est un rôle de facilitateur.

 

Du coup, on réfléchit en termes d’écosystème, sans se bloquer sur une sphère de métiers, comme le numérique ou la communication … dans la Maison de Compétences, cela va des artistes/artisans (avec l’atelier d’art), jusqu’aux métiers de conseil et de service traditionnels, en passant par des thérapeutes et d’autres acteurs du “bien-être”. On aimerait grandir et se développer vers des free-lances plus manuels, par exemple en réparation ou en conciergerie. L’initiative est totalement privée, portée par l’Agence 304. Il y a actuellement 20 personnes dont 3 de l’agence. Et l’objectif est que le lieu s’équilibre en lui-même.

 

Comment voyez-vous l’enjeu des pratiques collaboratives pour l’avenir ?

Il y a des modèles de pratiques managériales qui fonctionnent très bien, parce que c'est la fin d'un cycle individualiste, et parce que nos réflexions sur la consommation et le travail évoluent fortement. La loi aidera, ou pas, mais les pratiques bougent: on consomme collaboratif, on travaille collaboratif ...

Je pense qu'il faut libérer, laisser faire. Laisser les gens s'approprier les projets. Quand on me demande : as-tu besoin de financement, de quelque chose ? Je demande juste qu'on soit facilitateurs, qu'on joue un rôle de miroir, qu’on ne nous empêche pas. D’ailleurs, les choses changent : parler d'afterwork [comme les Uphéros] dans le Cantal il y a cinq ans était une ineptie ; aujourd'hui, c'est en train de rentrer dans le paysage, et il ne faut surtout pas lâcher. Ne pas être découragé par une session où il n'y a pas eu assez de monde, ponctuellement. Il y a des coins du territoire où 10 porteurs de projets, c'est extraordinaire. Il faut réfléchir par rapport à la population active et potentiellement entrepreneuriale.

 

Pour en savoir plus: www.maisondecompetences.fr

Propos recueillis et mis en forme par Damien Caillard - www.inlocal.fr

 

Vous aimerez aussi