119

#Interview : Philippe Laurent

#Interview : Philippe Laurent

Philippe Laurent est Docteur en Pharmacie. Jeune pharmacien, il souhaitait travailler sur son territoire natal, il a donc créé sa propre activité, une entreprise spécialisée dans la préparation de complément alimentaire à base de plantes. Petit à petit, ce passionné du développement local, a fait croitre  son entreprise pour en faire un groupe significatif dans le domaine de la nutrition santé et s’est investi parallèlement dans le développement de son territoire : de proximité d’abord en créant avec la commune de St Bonnet de Rochefort le Parc Naturopôle Nutrition Santé, puis à l’échelle de l’Auvergne le cluster Nutravita et plus récemment la Fédération Santé Mobilité, regroupant tous les acteurs de la prévention santé.

A quel enjeu répond votre approche ?

A l’initiative de l’Europe, l’Auvergne, comme toutes les autres régions, a travaillé à l’identification de ses axes clés de développement (la S3, stratégie de spécialisation intelligente) ; ce travail, mené par tous les acteurs du territoire, qu’ils soient publics ou privés,  a été un véritable catalyseur de collaborations et a identifié la prévention santé comme l’un des axes majeurs sur lequel prendre appui pour conforter le développement économique de l’Auvergne.

Il y a ici, en Auvergne, beaucoup d’acteurs, dont les approches et les cultures sont différentes et complémentaires, pour aborder la question de la prévention santé : pour ne citer que quelques exemples, l’INRA et le CRNH qui sont des références et rassemblent des chercheurs très reconnus à l’échelle internationale, la filière thermale organisée en cluster pour développer ses capacités d’innovation qui repense les stations thermales comme des acteurs propices à une approche pleine santé, d’autres clusters comme IRP spécialiste des microbiotes, qui fonctionne à un niveau international, Analgésia qui a développé à Clermont un écosystème, unique à l’échelle internationale, de recherche et de développement de nouvelles solutions thérapeutiques pour traiter la douleur, Nutravita, spécialiste de l’alimentation santé, ou encore le projet CEPIA (Centre Expérimental de Prévention Individualisée en Auvergne) porté par différents partenaires publics et privés.

Le point commun à tous ces acteurs ?  développer l’innovation en faveur d’une médecine de santé qui prenne en charge les facteurs de risques de maladies chroniques pour permettre aux citoyens de gagner des années d’espérance de vie en bonne santé.

En quoi cette orientation est stratégique pour l’Auvergne ?

Cet axe de développement est extrêmement porteur puisqu’il correspond à l’un enjeu des deux enjeux sociétaux majeurs (avec l’alimentation de 9 milliards d’habitants) et une préoccupation croissante des citoyens. Nous avons su en Auvergne développer, par nos capacités collaboratives, un vrai écosystème performant et reconnu comme tel à l’échelle internationale. La fusion des régions nous amènent à revoir le périmètre de nos collaborations et à chercher de nouvelles synergies, même si certaines existaient déjà. Pour autant, dans une optique de maillage territorial équilibré et d’ancrage de la valeur ajoutée permettant la pérennité du développement de l’activité en Auvergne, il est aujourd’hui stratégique pour les acteurs d’imprimer fortement cette identité : le bassin Lyonnais a une forte expertise sur les traitements médicamenteux, le bassin Auvergnat est lui positionné sur le préventif ; les activités sont donc très complémentaires et constituent ensemble une vraie locomotive.

La récente labellisation e site du pôle universitaire, en particulier l’axe santé, et le regroupement de l’ensemble des biosites du territoire Auvergne sous la bannière Arbios sont autant d’éléments de reconnaissance et d’engagement des acteurs du territoire.

En quoi les acteurs du territoire Auvergne peuvent ils en favoriser le succès ?

Nous avons cultivé une véritable tradition de collaboration, public-privé, transversale guidée par la notion de communauté d’intérêt. Cette valeur doit être encore renforcée, nous devons aller toujours plus loin dans l’optimisation de nos moyens, identifier les courants les plus porteurs et concentrer nos énergies pour qu’elles donnent naissance à des initiatives solides et pérennes, au travers d’offres pertinentes sur les marchés internationaux,  qui auront-elles aussi un rôle de locomotive sur l’ensemble du territoire.

Vous aimerez aussi