168

#Interview : Véronique Coxam

#Interview : Véronique Coxam

Véronique Coxam est directrice de recherche à l'INRA, au sein de l'unité de nutrition humaine.

Elle travaille particulièrement sur le contexte du vieillissement (prise en charge des maladies chroniques liées à l'âge, comme l'ostéoporose).

 

Quel rôle reconnait-on aujourd'hui à la nutrition dans la qualité de vie ?

Le challenge n'est pas tant de vivre plus vieux que de vivre plus longtemps en bonne santé. Il faut parvenir à reculer le moment où les maladies liées à l'âge se déclenchent, où la dépendance commence, car cela impacte lourdement la qualité de vie mais aussi la société. Or, on supporte de moins en moins les effets secondaires des médicaments. Les gens sont plus  frileux, et l'abstention thérapeutique est de plus en plus forte (80% à un an pour l'ostéoporose !). La nutrition a donc un rôle capital à jouer pour pallier la méfiance envers les médicaments et apporter des solutions pour mieux vieillir.

 

Est-ce une nouvelle approche liant médecine et alimentation ?

Il est intéressant de noter que l'approche globale de la médecine, dite "4P" (Préventive, Prédictive, Personnalisée, Participative), permet de prendre en compte les habitudes de vie d'une personne - et notamment sa nutrition - dans la résolution des problèmes de santé. Par exemple, avant, pour un problème osseux, le médecin ne s'intéressait qu'à l'os. Maintenant, il peut élargir à des "maladies de système", comme les affections cardio-vasculaires qui ont un lien démontré avec l'ostéoporose.

 

L'Auvergne a-t-elle une avance particulière dans ce domaine ?

Oui, déjà car l'INRA a une implantation historique dans notre région. Le deuxième site INRA de France, après Paris, est sur Clermont ! Et sa spécialité est "nutrition et santé". D'ailleurs, le tout premier Centre de Nutrition Humaine est en Auvergne.

Mais il faut noter aussi le développement des UMR (Unités Mixtes de Recherche) entre les laboratoires et les universités. Ainsi que les nombreux clusters et groupements d'acteurs tels que Nutravita, IRP, Analgesia, Innovatherm, Céréales Vallée ... la grande force et l'originalité de l'Auvergne est de savoir se structurer, et que les acteurs soient capables de travailler ensemble. Cela facilite les liens entre recherche publique, acteurs privés, enseignement, et cela permet une approche pluridisciplinaire. C'est vraiment de l'intelligence collective. On arrive ainsi à être créatifs avec de petits budgets.