128

#Intro : Culture ouverte

#Intro : Culture ouverte

La culture est un lien entre l'individu et le territoire dans lequel il vit. Cela peut être à travers son histoire, son patrimoine, ses racines qui s'expriment dans les chants, les contes, les bâtiments, les usages ... mais aussi par les initiatives des acteurs territoriaux, publics comme privés, qui organisent des festivals, programment des spectacles, financent des bibliothèques. Or, nous vivons dans une époque marquée par une ouverture croissante aux autres. Parce qu'Internet est partout bien sûr, et qu'il démocratise l'accès à la "culture pour tous". Mais aussi parce qu'on se rend compte du bénéfice à s'imprégner des différences des autres, à s'inspirer de ce qui se fait ailleurs, ou tout simplement à s'immerger dans une culture alternative, inattendue, "exotique". Ecouter un film japonais en V.O. Danser avec des chamans lors d'un festival de cultures du monde. S'essayer à un instrument traditionnel sud-américain dans le Bourbonnais. Pour enrichir, la culture doit être ouverte, sur le monde, sur son environnement, et sur les acteurs d'un territoire.

Dans ce dernier dossier thématique proposé par Auvergne Nouveau Monde, vous trouverez quelques points de vue et retours d'expérience auvergnats sur cette approche de "culture ouverte". Ouverture vers le monde d'abord, favorisant les croisements et les rencontres, comme les festivals cantaliens des Hautes Terres à Saint-Flour, ou la vision de Jean-Marie Songy, directeur du festival de Théâtre de Rue d'Aurillac. Ouverture sur leur territoire ensuite, en tissant des liens forts et constructifs avec ses principaux acteurs: c'est la logique défendue par l'association Culture d'en Face à Moulins, mais aussi par Julien Caron, directeur du festival de la Chaise-Dieu en Haute-Loire, qui a fait de cet événement un moteur économique et touristique. Enfin, ouverture aux idées et aux expériences nouvelles, que ce soit ce "bureau générique" créé par l'Ecole Supérieure de Design et Métiers d'Art d'Auvergne, à la Biennale du Design 2017 (à Saint-Etienne), la vocation de tiers-lieu portée par l'AMTA à Riom, ou encore la volonté de l'éditeur participatif la Poule qui Pond d'accompagner les auteurs de bout en bout. Et - vous le découvrirez sans doute dans les propos de Lila Forcade - notre Orchestre d'Auvergne dont une des principales missions est de porter la musique classique auprès des publics généralement peu concernés, comme en zone rurale, auprès des jeunes ou dans les quartiers difficiles.

Parce qu'elle est riche de ses traditions et fière de son territoire, l'Auvergne porte cette culture dynamique et ouverte.

Par Damien Caillard - www.inlocal.fr