65

#UPHEROS Moulins : une mine d'art et d'artisanat !

#UPHEROS Moulins : une mine d'art et d'artisanat !

#UPHEROS #MOULINS #ARTetARTISANAT

Mardi 18 avril avait lieu le rendez-vous mensuel des #UPHEROS, avec pour thème l’art et l’artisanat. Plusieurs pitcheurs sont venus présenter leurs projets bourbonnais, inspirants et réjouissants, devant un public toujours plus nombreux. Retour sur tous les projets !

  • Fan Auvergne, le projet du Crédit Mutuel du Massif Central

Créé depuis plusieurs années par le Crédit Mutuel, Fan Auvergne met désormais à disposition des artisans et des acheteurs un nouvel outil : Fan et Cie. Cette plateforme internet, à destination des associations, artisans, commerçants, artistes et professionnels d’Auvergne, leur propose de vendre leurs produits et/ou services sur internet de manière sécurisée.

Ce nouvel « Amazon Auvergnat » souhaite valoriser la région ; pour cela, le Crédit Mutuel a en plus créé une carte fan pour les acheteurs, qui permet d’avoir une réduction quand ils se rendent directement chez ces commerçants.

La plateforme est accessible à toute la France, et propose aussi quelques produits aveyronnais. Tous les artisans auvergnats peuvent vendre leurs produits locaux en ligne.

Le site internet, qui regorge déjà de multiples produits MADE IN AUVERGNE, est visible ici !

  • Abd Al-Salam, artiste peintre syrien

Arrivé il y a quelques mois à Moulins, Abd Al-Salam ALABOOD est venu présenter son œuvre artistique : pas moins de 80 tableaux, peints de manière chronologique et en rapport avec les éléments de sa vie ; en effet, Abd Al-Salam est parti de la Syrie à cause de la guerre. Il a passé quatre ans en Jordanie, puis est arrivé en France.

Tous ses tableaux représentent une partie de sa vie, certains sont très sombres, d’autres plus lumineux et porteurs d’espoir. On peut voir de manière récurrente dans ces tableaux de longues formes assez fines, qui représentent des femmes. Sur ce point, Abd Al-Salam s’explique : dans son pays d’origine, les femmes sont trop souvent cachées, alors il a décidé, lui à travers la peinture, de les mettre en lumière.

Certains tableaux sont peints sur Toile, d’autres, avec les moyens du bord à ce moment-là : certaines peintures sont faites sur carton. Abd Al-Salam a aussi utilisé des peintures artisanales quand il n’avait pas les moyens d’acheter de la peinture : du café, des fruits, du charbon…. Donnant à l’ensemble de son œuvre une personnalité unique, forte et émouvante.

Le père, accompagné de deux de ses deux fils, qui intègrent tous les deux l’école de médecine de Clermont à la rentrée prochaine, a terminé son pitch par un message de paix et d’espoir.

#SaveTheDate : Abd Al-Salam expose ses toiles le 15 mai prochain à Souvigny avec plusieurs autres artistes !

  • Bérangère Giraud

Petite fille d’un artisan dans la mécanique et qui travaillait le métal, Bérangère Giraud a été prise de la même passion que son grand-père et a donc appris très jeune à manier le métal. S’étant spécialisée dans les bijoux et les luminaires, elle développe maintenant son travail depuis 10 ans. Propriétaire d’une boutique dans un petit village du bourbonnais, elle convie régulièrement des créateurs dont elle apprécie l’univers afin de travailler avec eux. C’est par exemple le cas d’Estelle Robin, designer verrier, avec laquelle elle va participer au prochain Printemps des Créatrices ; elles seront accompagnées de quatre autres femmes créatrices.

L’idée de Bérangère est aussi de faire de l’entreprenariat pour créer du lien ; son but ? Faire se rencontrer de nouveaux artisans et qu’ils se créent un réseau !

Le joli site internet de Bérangère est visible ici.

  • Les meubles ont une histoire

Aurore Green, originaire de la région, est costumière de formation. De petits problèmes de santé l’obligeant à rester chez elle pendant de longues semaines, elle s’est découvert un amour pour le travail du bois et a donc voulu lier les deux : tissus et bois.

Son projet comporte deux branches :

Des meubles à histoires, pour les enfants : elle commence à dessiner ou peindre une histoire sur un meuble, et les enfants ont la liberté de continuer cette histoire, selon leur imagination et leurs envies. Aurore verrait donc bien ces meubles dans les centres aéré et les écoles.
Le recyclage et la récupération des tissus dont on ne se sert plus afin de leur donner une deuxième vie ; par exemple, créer des éponges à partir de collants et de tissus.

Aurore en est au début de son projet, et a déjà eu l’occasion de collaborer avec le SITCOM Nord Allier, qui était venu pitcher à l’#UPHEROS de Moulins en février.

#SaveTheDate : le 13 mai, lors de la « Course de pneus » de Moulins, Aurore y fera la démonstration de Tawa chi (éponges créées à partir de collants et de chaussettes), afin que chacun puisse le faire chez soi + le 31 mai à l’Espace Villars de Moulins (organisé par SITCOM Nord Allier) : Aurore présentera son tout premier meuble à histoire, et proposera aussi un atelier de fabrication d’un couvercle réutilisable pour la cuisine (au lieu des films transparents, assez peu écologiques).

  • Chris, le plus « british » des brasseurs bourbonnais !

Installé dans le département depuis plus de 15 ans avec sa femme originaire de la région, Chris a créé sa propre brasserie : la brasserie de la Motte Juillet. Il propose une gamme très large de bières car, comme il aime le préciser, il existe beaucoup de diversité. Son objectif est de créer trois ou quatre nouvelles bières chaque année, afin de satisfaire les clients mais aussi de cultiver sa passion et sa créativité.

Ils ont commencé en tenant un stand sur le marché de Moulins ; le public étant un peu frileux au départ, ils ont persisté et ont désormais installé leur place dans l’Allier. En effet, Chris et sa femme vendent 20 000 L de bières par an ! Bières qui sont distribuées sur des marchés et dans plusieurs magasins du département (dont le Carrefour Market d’Yzeures, si vous habitez le coin !).

Chris créée aussi quelques bières pression et des fûts pour les particuliers qui fêtent une occasion particulière.

Vous pouvez visiter leur site ici !

  • Marcel Chameau, l’homme qui a ressuscité l’écrivain moulinois Albert Bonneau

Fan de western, Marcel a un jour découvert un livre racontant l’histoire d’un texas ranger, écrit par un écrivain devenu méconnu : Albert Bonneau. Ce fut le début d’une longue histoire incroyable entre Marcel et l’écrivain disparu : au fur et à mesure des années, il découvrit des dizaines d’autres romans de cet auteur, des bandes dessinées et mêmes des textes écrits pour le cinéma ! Absolument happé par l’univers et l’écriture de Bonneau, Marcel eu l’occasion de rencontrer ses filles ; ayant la vive volonté de rendre hommage à l’écrivain, il réussit même, en 2009, à convaincre la mairie de Moulins de créer une rue à son nom ! Marcel Chameau a lui-même écrit un livre sur l’auteur, Sur la piste d’Albert Bonneau.

Une histoire entre deux hommes, passionnés de lecture et d’écriture, forgée par le destin qui n’a cessé de multiplier les découvertes de nouveaux trésors.

Si vous souhaitez en savoir un peu plus sur cette incroyable histoire, c’est par ici !

#SAVETHEDATE : le prochain #UPHEROS de Moulins aura lieu le 16 mai !