Résultats de la grande enquête sur l'avenir et l'attractivité de l'Auvergne

Résultats de la grande enquête sur l'avenir et l'attractivité de l'Auvergne

#A LA CONQUETE DU NOUVEAU MONDE

Synthèse de 2 enquêtes menées par Auvergne Nouveau Monde, fin 2014 auprès d’un échantillon d’entreprises de plus de 50 salariés (218 répondants) et en été 2016 auprès des habitants (2184 répondants).

  • L’enquête Entreprises a été réalisée avec l’appui de la CCI Auvergne, en novembre 2014. Elle a été adressée, via mailing, aux entreprises Auvergnates de plus de 50 salariés et aux adhérents d’Auvergne Nouveau Monde. L’échantillon de répondants est de 218 entreprises, dont une majorité dans le Puy de Dôme.

 

  • L’enquête Habitants a été réalisée dans le cadre d’un programme de recherche sur l’attractivité (PDSR Attractinnov) en partenariat avec le CERAMAC et l’Agence des Territoires d’Auvergne. Cette enquête en ligne a été diffusée via mailing sur des fichiers La Poste (34000 adresses), ARDTA (1300 nouveaux arrivants) et Auvergne Nouveau Monde (réseaux sociaux + mailing 3200 contacts). Elle totalise 2184 répondants à la typologie intéressante : 51% de nouveaux arrivants, 33% de jeunes (18-24 ans), des répondants issus de tout le territoire avec une prépondérance du Puy de Dôme (52%).

Certaines questions sont identiques dans les 2 enquêtes. Elles peuvent également faire écho à d’autres travaux, plus anciens, notamment le portrait identitaire préalable à la création d’Auvergne Nouveau Monde réalisé en 2010 et l’enquête image de l’Auvergne réalisée par IPSOS en 2012 pour le compte d’ANM.

Rôle et ambition pour l’Auvergne en Auvergne Rhône Alpes

  • L’Auvergne, socle collectif identitaire fort

Ce point avait déjà été mesuré dès l’enquête de 2010 : même si l’on sait que l’Auvergne est la somme d’identités culturelles différentes et également fortes, avec les Bourbonnais et les Cantalous notamment, les habitants choisissent quand même l’Auvergne comme point de ralliement en 1ère position (31%) devant leur département ou leur commune. Les  habitants des 4 départements ont un sentiment d’appartenance à l’Auvergne largement supérieur à son rejet.

  • L’Auvergne, une image positive … à enrichir

Pour les habitants, et en particulier les nouveaux arrivants, il est intéressant de noter l’évolution de la perception, avant d’arriver et depuis qu’ils sont installés. D’une image de région « rurale », « nature » et « enclavée », ils sont passés à « accueillante », « touristique », « centrale » et « dynamique » … évolution qui démontre, s’il en était besoin, que le cap à franchir pour l’Auvergne se situe bien plus dans la perception d’une image plus juste que dans une réalité à parfaire.

Par ailleurs, côté entreprises, l’image de l’Auvergne est jugée bonne pour 46% mais on notera néanmoins que 26.4% la juge neutre et 22% négative…

Avec des items un peu différents, Habitants et Entreprises se retrouvent majoritairement sur la qualification des éléments moteurs positifs pour l’attractivité de l’Auvergne : la qualité de vie, la naturalité et le tourisme, auxquels s’ajoutent les produits agro-alimentaires de qualité et les grandes entreprises du côté … des entreprises. Comme ils se retrouvent sur l’identification des freins, avec les transports, le climat, la ruralité et la faiblesse de la dynamique économique, pour les habitants.

A noter là encore l’écho avec l’enquête IPSOS réalisée en 2012 sur les facteurs d’attractivité auprès d’un échantillon représentatif de la population française.

  • La fusion des régions, une opportunité … à saisir activement

Si la perception des effets de la fusion est plutôt positive (Question : ‘une bonne chose pour l’Auvergne ?’) parmi les habitants comme les entreprises, on note un oui conditionnel majoritaire pour les habitants (49% oui, à condition d’être suffisamment actifs) et un fort taux de ‘ne sais pas’ chez les entrepreneurs (33,9%) qui peut sans doute être interprété comme un ‘ça dépend’. A noter aussi une proportion non négligeable de vision négative (28% des habitants et 22% des entreprises).

  • Une volonté de conserver un levier d’action local

Ainsi, 66% des habitants et 73,1% des entreprises sont convaincus que l’Auvergne, son identité, ses valeurs ne disparaîtront pas mais qu’il est nécessaire d’entretenir son attractivité, même s’ils considèrent majoritairement qu’elle a progressé (58,2% pensent que l’attractivité de l’Auvergne est bonne ou s’est améliorée).

Pour autant, 79% considèrent que l’attractivité de l’Auvergne est un enjeu important, suffisamment pour s’organiser de manière spécifique pour poursuivre la progression (92% des habitants et 86% des entreprises) avec une organisation collective et plurielle pour coordonner (46% des habitants et 53,3% des entreprises).

  • Une orientation forte sur l’économie et la culture

Les atouts spontanément cités pour l’Auvergne sont, assez classiquement; ses grands espaces, ses produits, son authenticité, sa dimension touristique. Toutefois, dans l’identification des cibles prioritaires et des arguments à faire valoir, le discours s’enrichit sur d’autres dimensions utiles au renforcement de l’image de l’Auvergne.

=> Sa qualité de vie (79,1% des habitants, 91% des entreprises)
=> Sa taille humaine (22%)
=> Ses grandes entreprises (65.5%)

Ainsi à la question des acteurs les plus efficaces dans leur effet de levier sur l’attractivité et l’image, on trouvera

=> Les sportifs
=> Les entreprises
=> Les auvergnats
=> Les jeunes

Auxquels s’ajoutent les investisseurs et les organisateurs de grands évènements.

En termes d’orientations majeures, la nécessité de mieux valoriser les réussites économiques du territoire et les grands évènements est cautionnée.

 

En synthèse

Les implications du chamboulement régional sont fortes : la nouvelle région existe désormais, il est impératif de renforcer son socle commun, de l’unifier pour porter son ambition de grande région économique. Dans le même temps, cette grande région Auvergne Rhône Alpes porte dans son nom même des marqueurs culturels forts qui vont devoir s’articuler entre eux, enrichir un discours commun, tout en conservant une part de leurs spécificités.

L’identité Auvergne reste signifiante et fédératrice pour les acteurs locaux, qui partagent une même vision sur les atouts, déjà bien ancrés, et les manques du territoire. Manques qui sont souvent, modestie auvergnate oblige ?, liés à la trop faible visibilité des expertises développées ici, en Auvergne, par un écosystème d’entreprises et de laboratoires de recherches, trop grande discrétion aussi des éléments tangibles qui fondent une véritable qualité de ‘projets de vie’ et qui vont bien au-delà de l’absence des inconvénients des grandes métropoles, avec en premier lieu une offre culturelle exigeante et riche.

C’est sans doute cette complexité que l’on retrouve dans le « oui mais » des citoyens et entrepreneurs auvergnats dans leur perception des bénéfices de la fusion. Oui, sans conteste, c’est une opportunité pour l’Auvergne d’intégrer la 2ème région économique de France, de saisir l’opportunité d’une visibilité internationale et de moyens d’actions plus importants, mais à la condition d’être en capacité de faire valoir ses atouts et de prendre sa place dans cette nouvelle configuration dont le cœur de décisions est désormais à Lyon.

C’est pourquoi ils cautionnent aujourd’hui une organisation polymorphe et souple, en capacité de représenter les problématiques spécifiques d’attractivité pour valoriser prioritairement les filières d’excellence, moteur du développement économique et de l’ancrage de la valeur ajoutée.

 

 

Télécharger le code de marque (PDF)